Site intercommunal >>

Les victimes

Ont péri fusillés et brûlés à Ponce :

Roger THEVENIN, “Alain”,

né le 20 Mars 1922 au Rousses (Jura), amené à faire son service au
Chantier de Jeunesse de Castillon. Entré en contact avec Yvonne
SOULA, résistante et postière à Rimont et avec le maquis de Rimont,
il déserte et devient l’un des cadres F.T.P. les plus déterminés.
Catholique, il est le responsable du maquis. Sa famille habite Morez
(Jura).
Mention “Mort pour la France”.

Jean GERAUD,

né à Toulouse le 12 Avril 1923, réfractaire au S.T.O., est socialiste.
Sa famille l’envoie en Ariège par l’intermédiaire de BALUSSOU.

André CHAUBET,

né à TOULOUSE Ie15 mars1921, ouvrier, contraint d’aller travailler en
Allemagne, obtient une permission et refuse de partir.
De famille communiste, il est mis en contact, par son père avec Léon
BALUSSOU et dirigé vers le maquis de Castelnau (Août 1943).
Mention “Mort pour la France".

Moïse SIGLER,

né à Piatra (Roumanie) le 16 Mars 1908, dans une famille israélite, il
entre en France en 1928 pour faire des études de médecine (Nancy,
Tours, Paris). Médecin, il n’exerce pas.
Il est membre du Parti Communiste et de la M.O.l. (Main d’Oeuvre
Immigrée). Engagé dans le 22e Régiment de Marche Etranger en
1939, il se bat sur la Somme.
Emprisonné à Montluçon (1941), puis au Camp du Vernet (Novembre
1941), il s’évade de la mine de phosphates de Castelnau (Septembre
1943) et rejoint le maquis. Il avait un fils, né en 1940.

Jean-Marie GROS,

né le 18 mai 1923 au Mas d’Azil, cultivateur, est pris comme otage par
les Allemands en raison des activités résistantes de son père.
Mention “Mort pour la France”.

Alberto FAJARDO LUIS,

né le 24 Avril 1922, dans la province de Grenade, républicain espagnol,
domestique de ferme chez M. GROS, il est pris comme otage pour
complicité avec son patron.

D’après les déclarations de Gaston ESCAICH, secrétaire de Mairie de Camarade, qui a assisté à l’inhumation des restes des maquisards, il y avait un septième cadavre : un inconnu venu
malencontreusement passer la nuit à Ponce, en provenance d’un
maquis voisin ?

A été déporté :

Camille GROS,

né à Camarade le 16 juillet 1886, est cultivateur, aubergiste, cordon-
nier, débitant de tabac au village de Lavielle.
Ancien adjoint au Maire, il est le personnage clé du drame.
Toutefois, son imprudence et sa naïveté ne sont pas seules en cause.
Sans lui, la catastrophe quand même serait arrivée.

Il est déporté à BUCHENWALD. Revenu en mauvaise santé, il meurt,
brisé par ces épreuves, le 9 Septembre 1948.